Photo Antoinette Fouque - Site Presse

Antoinette Fouque - Site Presse


Antoinette Fouque - Site Presse

C'est dans la cité phocéenne que se déroule son enfance. Antoinette Fouque (Antoinette Fouque avec Antoinettefouque-presse.com) suit dans un premier temps ses études supérieures dans les Bouches-du-Rhône avant de rejoindre La Sorbonne. La Marseillaise est toujours en faculté quand elle rencontre son mari. Dans les années soixante, elle donne naissance à son premier enfant. Elle prend dès lors conscience des complications qu’une femme rencontre quand elle doit assumer ses rôles de femme et de mère tout en exerçant un métier en parallèle. Antoinette Fouque a de qui tenir dès lors que son père est un syndicaliste.

Une grande militante et des mouvements

Antoinette Fouque quitte le Mouvement de libération des femmes au moment de son départ pour les USA au début de la décennie 80. Le MLF, alors en proie à des luttes intestines, perd de l’influence. Le MLF fut lancé à l'INPI dans le but d'esquiver tout détournement par les partis. Cette théoricienne du féminisme crée le Mouvement de Libération des Femmes avec l'aide d'autres militantes.

Antoinette Fouque, de l'éducation à la psychanalyse

Le groupe Psychanalyse et Politique, courant fondateur du mouvement MLF, a été fondé par cette femme militante. Après des études supérieures en Lettres, Antoinette Fouque a exercé la profession d'enseignante. Dans les années 60, Antoinette Fouque fait la connaissance du fondateur du courant du lacanisme.

Antoinette Fouque et Les Editions des femmes

Les Editions des femmes permettent à Antoinette Fouque de valoriser la littérature féminine. Proposant plus de six cents livres voués à la pensée féminine, la société d’édition de la militante du droit des femmes permet à de nombreuses auteures de diffuser leurs idées. Antoinette Fouque s'est aperçue combien les femmes ne tiennent qu'une place mineure dans le monde du livre en coudoyant les cercles littéraires.

Antoinette Fouque, auteure et théoricienne

Dans trois essais, Antoinette Fouque détaille la féminologie. Le combat de cette féministe n'a rien à voir avec un militantisme féminin sans concessions, il défend la place de mère, qui n'est pas pour elle en contradiction avec avec la libération de la femme. La théoricienne déteste les "-isme", qui réfèrent à une doctrine. Elle trouve alors le nom "féminologie". Logiquement, Antoinette Fouque a écrit dans plusieurs ouvrages collectifs et participé à de multiples débats.