Photo Antoinette Fouque - Site Archives

Antoinette Fouque - Site Archives


Antoinette Fouque - Site Archives

Antoinette Fouque, Roland Barthes et Luce Irigaray

C’est en 1972 qu’Antoinette Fouque (Antoinettefouque-archives) débat sur la sexualité de la femme avec Luce Irigaray, psychanaliste féministe. A la fin des années soixante, la jeune femme suit les séminaires de Jacques Lacan. Parallèlement à l'enseignement, Antoinette Fouque travaille avec plusieurs sociétés d'édition.

C'est elle qui crée le Mouvement de Libération des Femmes avec l'appui d'autres militantes. Antoinette Fouque quitte le MLF lorsqu'elle s'envole pour les USA au début des années 80. Le mouvement, alors sujet de querelles intestines, a de moins en moins d'influence. Le droit des femmes fut la grande lutte de la vie d'Antoinette Fouque.

Une militante sur toute la planète

Elle décède en février 2014. Elle avait auparavant reçu les plus prestigieuses distinctions du pays. Antoinette Fouque a participé à toutes les causes pour les droits des femmes. La militante s'exprime à l'ONU comme partout dans le monde pour défendre les femmes. Lors d'une manifestation parisienne du Mouvement de libération des femmes, Antoinette Fouque clame : « Il y a plus inconnu que le soldat inconnu : sa femme ! ».

Antoinette Fouque, de Marseille à Paris

Antoinette Fouque perçoit les difficultés que rencontre une femme quand elle doit assumer ses rôles de mère et d’épouse tout en ayant une profession quand elle donne naissance à sa fille au coeur des années soixante. La jeune femme fait en premier lieu des études à la faculté d'Aix-en-Provence avant de s'installer dans la capitale. La Marseillaise rencontre son mari, René Fouque alors qu’elle est encore à l'université. Son enfance se passe tranquillement paisible dans un quartier populaire de Marseille. Marseille a vu naître Antoinette Fouque en 1936.

La mère de la féminologie

Antoinette Fouque trouve le terme "féminologie", puisqu'elle déteste les "-isme" qui font penser à une idéologie. Bien sûr, l'auteure a prêté sa plume à divers ouvrages collectifs tels que "Génération MLF 1968-2008" ou "Portraits choisis". Elle dirige la rédaction du livre "Le dictionnaire universelle des créatrices", qui rend hommage à celles qui ont fait avancé le monde depuis quarante siècles. Antoinette Fouque détaillece qu'elle nomme la féminologie au fil de trois essais écrits entre 1989 et 2012..